samedi 5 août 2017

Butterfly dreams, Meredith Walters.

Corin a vingt-cinq ans, une boutique qui marche bien et… une peur panique de mourir jeune. Chaque semaine lui apporte son nouveau lot de symptômes plus inquiétants les uns que les autres, jusqu’au jour où, persuadée d’avoir un problème cardiaque, elle intègre un groupe de soutien. C’est là qu’elle rencontre Beckett. 
Beckett dont le cœur s’est arrêté un beau matin. Trois minutes. Trois minuscules minutes qui ont changé sa vie à jamais. Finis le saut à l’élastique, les matchs de foot endiablés et les voyages au bout du monde. Désormais, il est malade.
Mais, quand le destin projette ces deux âmes blessées l’une contre l’autre, c’est peut-être leur chance de réapprendre à vivre… et à aimer ? 

Meredith Walter est une auteure que j'aime beaucoup. J'ai lu il y a quelques temps Twisted Love, et sa plume m'a marquée à cause de la justesse avec laquelle elle a abordé le problème de la dépendance (nous en reparlerons bientôt). J'aime les romances, c'est un fait indéniable, mais essentiellement les romances porteuses de sens, d'un message, les romances avec des héros cabossés par la vie, pas trop lisses, pas trop parfaits. Cela semble être une constante de l'auteure.

Corin souffre d'un mal qui fait souvent sourire et qu'on ne comprend pas. Elle est hypocondriaque. Regards condescendants, agacement, elle n'a que peu d'amis. Difficile de se lier quand on a une peur panique de mourir. Chaque sensation de douleur, imaginaire ou non, est source d'angoisse, elle voit la Grande Faucheuse arriver pour la cueillir. Le dernier symptôme en date : le cœur. Elle se sait atteinte d'une maladie incurable, même si les médecins ne trouvent rien. Comme à chaque fois, elle intègre un groupe de soutien, ce sera les « Coeurs Rapiécés ».

Beckett avait tout pour lui : un boulot très bien payé, une fiancée sublime et accro à l'adrénaline et aux sports extrêmes comme lui. Mais la vie en a décidé autrement. Un gros problème cardiaque, et voilà que son univers est remis en question. Tout ses repères éclatent, finie la vie telle qu'il la connaissait. Il doit se réinventer. Dernière un sourire de façade, il pleure ce qu'il a perdu. Le groupe les « Cœurs Rapiécés » est l'occasion de montrer son vrai moi, et de se rendre compte qu'on peut faire plus que survivre, qu'on peut vivre aussi, même si tout est différent.

Vous imaginez bien sûr la suite, ils se rencontrent et...

Stop. Je n'en dirai pas plus.

C'est une romance qu'il faut lire, non pas pour être surpris (quoique...), mais pour ressentir. Les personnages de Meredith Walters sont criants de vérité, leurs doutes, leur cheminement méritent d'être savourés. Comme pour Twisted Love, j'ai été happée par l'histoire et j'ai vécu leurs joies et leurs tourments. Corin, qui dans la réalité m'aurait semblé exaspérante, m'a donné une bonne leçon. Derrière ces apparences qui agacent, il y a une douleur profonde qui s'exprime comme elle le peut.

Et Beckett... Beckett est le héros idéal, il est un exemple à lui tout seul.


C'est une romance, dure, intense, qui fait mal mais qui fait sourire aussi, voire rire, et dont le final nous rappelle que ce qui compte avant tout, c'est de vivre. Cela semble évident, mais pourtant...

28 commentaires:

  1. Il a l'air vraiment très beau ^^

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Si tu en as l'occasion, n'hésite pas!

      Supprimer
  3. Tout à fait le genre de lecture que j'adorerais, et la couverture est sublime, allez, go dans ma WL!

    RépondreSupprimer
  4. Je l'avais vu passer sans jamais vraiment m'y intéresser mais pourquoi pas ta chronique donne envie de le découvrir.

    RépondreSupprimer
  5. Je ne connais pas cette auteure mais l'histoire me semble intense, forte, tout comme j'aime.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'histoire est très forte, c'est vrai...

      Supprimer
  6. Je ne suis pas une fan de romances, loin de là. Mais tous les thèmes qui tournent autour me tentent bien, alor pourquoi pas ? En plus je ne connais pas l'autrice, donc ça fera d'un pierre deux coups.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On n'est pas dans une romance classique, les thématiques qu'aborde l'auteure sont toujours ancrées dans la réalité et fortes.

      Supprimer
  7. Je ne connaissais pas du tout ce livre mais le résumé et ce que tu en dis, ça me donne envie de le découvrir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment un très beau roman!
      Merci de ta visite sur mon blog!

      Supprimer
  8. Je le note celui-ci, il m' l'air parfait pour cette fin d'été.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai du mal avec les romances... Peut-être simplement parce que je n'ai pas encore trouvé celle qui me convient ^_^ Je suis pourtant bien conseillée avec tes si jolies chroniques ! Faut juste que je me lance ;-) Merci !!! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les romances, il y a de tout. Certaines ont vraiment un fond bien plus puissant que la simple histoire d'amour. Mais c'est vrai que c'est difficile de trouver celle qui va retenir notre attention.

      Supprimer
  10. Aïe aïe, je vais encore craquer! Bravo pour cette chronique qui, une fois de plus, met l'eau à la bouche. Toute en retenue, elle me fait trop envie! Je sens d'ores et déjà que je vais tomber sous le charme de Beckett...

    RépondreSupprimer
  11. Tu me tentes bien, mais j'ai vraiment du mal avec les romances, alors je ne suis vraiment pas sûre que ça me plaise...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qu'il y a de bien avec les romances, c'est que certaines, au-delà de l'histoire entre les protagonistes, abordent des sujets graves. Celle-ci en fait partie.

      Supprimer
  12. Le genre de romance que j'apprécie avec des héros cabossés par la vie! Une nouvelle tentation dans ma liste de romance!

    RépondreSupprimer
  13. La romance est un genre avec lequel j'ai du mal, sans doute parce que je n'ai pas encore eu l'occasion de lire beaucoup de romance passionnante avec des personnages écorchés. Je n'aime pas non plus ce qui est lisse, ce livre pourrait peut-être me plaire..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime la romance quand elle est tout sauf lisse, quand les personnages sont fouillés. Celui-ci en fait partie!

      Supprimer